Être consciente de sa force

Blog d'une féministe française.

Sur facebook: www.facebook.com/etreconscientedesaforce

___________________

"Never underestimate your power."

Vous n'êtes pas tous comme ça

egalitariste:

Trigger Warning (Contenu Sensible) : Ce texte imite en partie le mode de pensée des gens qui blâment les victimes de viol.

Non, toi tu n’es pas comme ça. Toi t’es un mec bien. Tu respectes les femmes, t’es gentil avec elles, tu leur parles bien et même que tu les frappes pas. Trop gentil….

Quand Audrey Dana et ses actrices nient que son film est féministe...

Sexisme anti-hommes, sérieusement?

Quand une majorité d'hommes nient un terrible crime misogyne...



Je reparle une nouvelle fois du cas Elliot Rodger mais le traitement médiatique en France et les réactions d’une majorité d’hommes m’a juste écoeuré et mise en colère (cf. commentaires de cet article par exemple: ICI).


Je pense que personne ne devrait parler de l’affaire avant d’avoir vu ou lu entièrement la retranscription de la dernière vidéo d’Elliot Rodger où il explique son plan d’attaque et sa haine viscérale des femmes: ICI

Il y explique que pour lui avoir des relations sexuelles avec les femmes est un du et qu’il va donc punir les femmes qui ne lui ont pas cédé. Leurs refus est un crime selon lui et il va “prendre un grand plaisir à [les] massacrer.”. Elles verront que c’est lui “homme supérieur, le vrai mâle Alpha”. Son plan était de se rendre à l’intérieur de la sororité Alpha Phi où se trouve selon lui les filles les plus sexy et de toutes les “massacrer”. Il rend les femmes responsables de son malheur. Il a effectivement tué des hommes, ses deux colocataires, car il avait l’intention d’emmener des filles dans son appartement pour les torturer. Les colocataires auraient été gênant. Il projetait également de tuer sur son passage des hommes qui avaient du succès avec les femmes car ils étaient selon lui un obstacle entre les femmes et lui. Il a tué des hommes mais toujours à cause de son idéologie misogyne. Le tueur a écrit 140 pages qui parle de sa vie et c’est un véritable manifeste contre les femmes: ICILa police a trouvé de nombreux messages du tueur sur des forums d’hommes haineux contre les femmes ainsi que des vidéos où il parlait de cette haine. Il s’estimait comme le “gentleman suprême" comme le "Nice Guy" (Vous savez le mec qui est "sympa" et "respectueux" avec les filles et qui du coup s’énerve parce qu’elles ne lui donnent pas du sexe en contre-partie. Lire: CECI).



J’ai beaucoup parlé de ces crimes au tour de moi pendant les dernières semaines. Déjà parce que j’ai pu voir qu’une bonne partie des médias n’a pas fait son travail puisqu’ils n’ont pas parlé de la misogyne du crime ou en on fait un point de détail. Le plus surprenant et inquiétant c’est le déni de certains amis masculins (sic). J’avais pu lire toutes les horribles commentaires d’hommesICI ou LA) sur les quelques articles qui dénoncé la misogynie de ces crimes mais une telle réaction de la part d’amis que je pensais ouverts… Je suis tombée de haut. Les arguments auxquels j’ai eu le droit sont “On n’a pas le droit de dire que c’est un crime misogyne. Il était simplement fou et frustré ce jeune homme. Et puis je te rappelle qu’il a aussi tué des hommes”. J’ai essayé de me rassurer en me disant qu’ils n’étaient pas assez informés sur le sujet. Mais même en leur exposant les faits en détails, ils ne voyaient toujours pas le sexisme dans ces meurtres.


On sait qu’Elliot Rodger souffrait d’autisme Asperger et les personnes souffrant de ce syndrome ne sont pas plus prédisposées à assassiner les gens en masse que les autres. Dire qu’il était simplement “fou” et qu’il ne faut pas chercher d’explication plus loin, c’est un véritablement déni! Son discours et son plan étaient très réfléchis et rodés. Il y avait une véritable idéologie machiste derrière tout ceci. Si le tueur avait tenu le même discours sur les afro-américains ou sur les juifs par exemple, le traitement médiatique aurait été tout autre. On nous aurait parlé d’un tueur raciste ou antisémite et pas d’un “garçon timide” comme dans Le Parisien. Si on conclu que tirer sur des gens c’est être forcément “fou” alors pourquoi les autres crimes de type raciste ne sont jamais résumé à ça? On reconnaît très facilement le motif raciste d’un fou qui sombre dans une idéologie extrémiste et passe à l’acte. Mais quand il s’agit de misogynie alors là non, ce n’est pas recevable. Ce traitement médiatique (et cette mentalité) est très révélateur de notre société machiste. Par contre on nous a rabâché les oreilles avec sa “folie” et même avec le fait que son père est assistant mise en scène sur Hunger Games: ICI ou LA (Clap clap Messieurs les journalistes, vous faites vraiment bien votre travail!).


Pourquoi un acte similaire n’a pas du tout été accueilli de la même façon au Québec? Je rappelle que le Québec est un pays bien plus avancé que la France en matière d’égalité hommes femmes. Le 6 décembre 1989, Marc Lépine entre dans l’école Polytechnique de Montréal. Il rentre dans une classe où il sépare les hommes et les femmes car il souhaite tuer uniquement les femmes puis ces féminicides vont continuer dans le reste de l’école. Il va tuer 14 femmes et blesser 14 autres personnes (dont 4 hommes). Dans l’une des poches de la veste du tueur, les policiers ont trouvé une lettre d’adieu (ICI), dans laquelle il avoue sa haine envers les femmes, et rend ces dernières responsables de tous ses maux. Lépine ne s’en est en outre pas caché lors de sa tuerie, clamant haut et fort avant de tirer par rafales, les raisons qui l’ont poussées à agir de la sorte : "Vous êtes des filles. Vous allez devenir ingénieurs. J’haïs les féministes”.

Pour les québécois les raisons de ce massacre sont claires. Par haine des femmes, par haine de la place qu’elles occupent dans la société, un homme s’est permis de rétablir ce qu’il considérait comme une justice. Les médias, les politiques, les institutions sociétales dans leur ensemble se sont déclarées « sous le choc », ont condamné avec virulence ce massacre, cette horreur. Les diverses commémorations ayant eu lieu depuis abondent dans ce sens. Après la tuerie, le Canada a déclaré 3 jours de deuil national. Depuis, le 6 décembre de chaque année, les commémorations pour les victimes de Marc Lépine sont toujours suivies avec grand intérêt par une large partie de la population. Le 6 décembre est d’ailleurs une journée de ralliement et de mobilisation contre la violence faite aux femmes.

Vous voyez le problème maintenant?

J’ai une dernière question a poser aux hommes qui refusent d’admettre que les meurtres d’Elliot Rodger étaient misogynes. Face aux parents d’une des victimes, que diriez vous? Ce jeune homme était simplement fou et il a tiré au hasard sur une foule? Ou ce jeune homme avait une idéologie misogyne, il a choisi de tirer sur votre fille justement parce qu’elle était une fille?


http://etreconscientedesaforce.tumblr.com/


EDIT: Je ne nie pas les problèmes psychologiques d’Elliot Rodger mais critique le traitement médiatique français de l’affaire et le déni du caractère misogyne des crimes par une majorité d’hommes.

"Moi Maman ? C’est non. Je n’ai jamais envisagé mon avenir comme ça."

Le site Polyvalence Mon Pote vient de lancer un appel à témoignage sur le sujet des Childfree.

J’ai déjà écrit sur le sujet dans un précédent article (ICI) mais je comptais depuis un moment développer encore sur le sujet.

J’ai donc écrit un deuxième témoignage que voici:

La pression sociale

J’ai moins de 30 ans et je ressens déjà la pression sociale de la maternité. Depuis ma plus tendre enfance je dis que je n’aurai pas d’enfant. J’aime les enfants et ils me le rendent bien, le problème n’est pas là. Je suis un peu comme la « tata sympa » ou la « grande soeur » pour eux.


Mais moi Maman ? C’est non. Je n’ai jamais envisagé mon avenir comme ça.


C’est un sujet de discussion qui revient régulièrement et je n’ai jamais caché mon choix. J’ai donc systématiquement le droit à un interrogatoire, autant de la part d’amis que de parfaits inconnus. On me demande de me justifier. Mais sans vraiment écouter ma réponse, puisqu’à chaque fois j’ai le droit aux fameux : « tu vas changer d’avis », « tu n’as pas encore rencontré la bonne personne », « tu es trop jeune pour dire ça », « c’est triste d’avoir des idées aussi arrêtées », « il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis».
Quiconque connait ma personnalité, ma vision de la vie et mes ambitions pour l’avenir devrait être en mesure de comprendre que la maternité ne me correspond pas. Savoir que ce n’est pas pour moi ce n’est pas avoir les idées arrêtées, c’est simplement se connaître. Je ne sens pas la nécessité de cet événement pour me sentir épanouie (même si on nous le répète si souvent). J’aimerais juste qu’on dise : « ok c’est son choix, je le respecte. Cette fille a bientôt 30 ans, elle est réfléchie et semble avoir d’autres projets de vie. Elle tient le même discours depuis des années. C’est effectivement quelque chose de profond en elle. Alors non, elle ne changera sûrement pas d’avis. » Mais au lieu de ça, on m’infantilise et on veut me forcer a dire « peut-être ». Sauf que dire « peut-être », ça serait me mentir à moi-même. « Il ne faut jamais dire jamais ». Et bien je dis que jamais je ne serai de droite, que jamais je n’aurai d’enfant et que jamais je ne croirai en Dieu ! Malgré ça il reste un champ des possibles incroyables devant moi, et d’ailleurs bien plus ouvert sans enfant qu’avec.


On me donne toujours en exemple « Machine » qui tenait le même discours que moi et qui a finalement eu 3 enfants. Soit, mais je ne suis pas « Machine », elle et moi n’avons pas le même vécu, bref, cet argument n’est pas recevable.


Je vois dans le regard de certaines personnes proches une réelle tristesse face à mon choix. Pour eux la vie sans enfant est inconcevable et selon eux s’en priver c’est se priver d’un des grands bonheurs de la vie. Je les aime mais ils ne sont pas à ma place, ils ne vivent pas ma vie. Je ne vais pas faire un tel choix uniquement pour rendre mon entourage ou mon conjoint heureux au détriment de mon propre bonheur.


« Oui mais tu es égoïste là ? ». Je pense qu’il est aussi égoïste d’avoir un enfant (désir d’avoir son enfant, créer un descendance, faire un enfant dans un monde déjà surpeuplé, etc…) que de décider de ne pas en avoir.


« Oui mais l’amour, la transmission ? ». Je pense que l’on peut nouer des relations sociales très enrichissantes de divers manières. Je suis proche des anciens qui m’entourent (famille ou pas) ainsi que des enfants, la transmission passe aussi par là.


Est-il impossible de concevoir que tout le monde n’est pas un désir d’enfant ? Est-il impossible de respecter le choix d’autrui même s’il est marginal ? De mon côté, je ne demande à personne de se justifier sur son choix de procréer et je n’essaye pas de les faire changer d’avis. J’aimerais tellement qu’on ait le respect d’en faire autant pour moi.Et je me dis que cette pression ne va faire qu’augmenter avec les années qui passent. Je me demande combien d’heures je vais devoir encore passer à me justifier, à devoir sans cesse développer mes arguments et expliquer mes envies pour l’avenir tout en ayant bien sûr le sentiment que la personne en face ne m’écoute pas vraiment et, surtout, n’arrivera jamais a me comprendre.


Les amis, je serai sincèrement heureuse pour vous le jour où vous aurez des enfants ! Je serai marraine, “tati” ou ce que vous voulez avec plaisir. Vos enfants je vais les aimer et les gâter. Mais, s’il-vous-plaît, laissez mon utérus, mes projets d’avenir et tout simplement moi tranquille, ne me jugez pas et ne me demandez plus de justifications. Merci !


http://www.polyvalence-mp.com/la-pression-sociale/

http://etreconscientedesaforce.tumblr.com/

Manifeste anti-femmes du tueur de Santa Barbara, Elliot Rodger

Retranscription de la vidéo de 7 minutes qu’Elliot Rodger a publié avant sa tuerie (Santa Barbara et Isla Vista) à nom de sa haine misogyne: ICI

Et pendant ce temps les journalistes français nous parlent de sa “folie” (alors qu’il était atteint du syndrome d’Asperger), ils nous parlent de son père qui travaille pour une série américaine (et alors?)… En lisant ce manifeste anti-femme, en entendant ce jeune homme dire que les femmes qui lui ont refusé l’acte sexuel ont commis un crime (oui parce que le sexe est un du pour chaque homme), je pense qu’il y avait des choses plus importantes a développer dans la presse…

http://etreconscientedesaforce.tumblr.com/

Noémie de Lattre “Conseils pratiques à l’usage des femmes”

Noémie De Lattre “Coucher n’est pas tromper”

Noémie de Lattre : “La théorie du genre”